La parole aux groupes politiques

Val info n° 80 - Septembre - Octobre 2018

Les Thés dansants pour les seniors connaissent un succès qui ne se dément pas... Tant mieux ! Mais si de nos jours, le jeunisme est à la mode il faut cependant souligner un paradoxe de nos sociétés post-modernes : jamais les jeunes n’ont eu autant de difficultés à trouver leur place, particulièrement dans leur insertion socio-professionnelle. Ils apparaissent souvent comme une majorité silencieuse voire résignée, face aux exigences d’un monde complexe. D’ailleurs, ils votent peu ! C’est donc à eux qu’en cette période de rentrée, nous souhaitons donner la parole, aux jeunes en difficulté, à la recherche d’un emploi ou étudiants : comment répondre à leurs attentes dans les domaines de la formation, de la culture, du sport, du divertissement ? L’offre locale est-elle suffisamment adaptée et diversifiée ? Des passerelles intergénérationnelles sont nécessaires et doivent permettre de nous réunir.
Tous jeunes ? Oui mais ensemble, à l’écoute, surtout au seuil de cette nouvelle année scolaire !

Didier LEGRAND, Isabelle DELGEHIER, Gérard CLIPET, Kostia HUANT,
Michel BROUILLARD, groupe "Valenciennois, je me bats pour toi"

Vivre plus longtemps est une chance, hélas perçue comme une charge par nos gouvernants. L’autonomie des seniors passe d’abord par une revalorisation des pensions, la baisse de la CSG et le retour de la demi-part des veuves. Réinventons les EHPAD pour une meilleure prise en charge humanisée ! Le maintien à domicile est plébiscité mais insuffisamment financé, avec des restes à charge importants pour les familles et les services d’aide, d’accompagnement et de soins à domicile. Le CCAS est un acteur déterminant pour lutter contre l’isolement, promouvoir l’intergénérationnel, faciliter les mobilités et la vie quotidienne des seniors qui sont eux-mêmes une formidable force de propositions. Pourquoi la VP chargée des personnes âgées au Département ne défende t-elle pas les moyens des CCAS soumis à des politiques de financement et de tarification qui les asphyxient ? Les seniors nous apportent beaucoup. Permettons leur l’accès à des services publics innovants, adaptés et accessibles pour tous !

Jean-Claude DULIEU, Nathalie LORETTE , Mohamed AGOUDJIL, groupe "Valenciennes, citoyenne"

Au plan local tout va bien notre maire est actif et présent sur tous les terrains, en jargon sportif il mouille le maillot. Au plan national carton jaune au gouvernement qui après avoir baissé l’APL des étudiants et augmenté la CSG des retraités, concocte une réforme sur les pensions de réversions. Et puis toujours cette incapacité gouvernementale face à une immigration galopante, il faut savoir prendre des décisions tout en restant humain, toutefois l’humanité serait de fermer les frontières, venir en aide aux pays d’origine de ces migrants afin de ne pas importer une misère et ses problèmes. Paradoxalement la meilleure solidarité des peuples européens serait de garder hermétiques les frontières de l’Europe. Solidarité également à notre police confrontée sur le terrain à une délinquance sévère, nos policiers qui vivent avec la peur permanente de la bavure face à une racaille insolente, tout cela conduit à l’affaiblissement de la puissance publique. Force doit restée à la loi

Jean-Luc François LAURENT, groupe "Valenciennes Bleu Marine"

UDI, REQUIEM POUR UN ÉCHEC. À​ Valenciennes, la politique de la ville est faite d’apparences. Les boulevards sont modernisés, des voiries refaites, quelques réseaux aériens enfouis. C’est la jolie façade d’une réalité morne. Car la ville, jadis florissante et verdoyante, enchaîne des records en matière de chômage, de précarité, de pollution et d’insécurité. Au faubourg de Lille 40 % des ménages sont sous le seuil de pauvreté, plus de 50 % à Chasse-Royale. Peu à peu se révèle le projet de l’UDI : une ville dortoir. Bétonner, amasser la misère, et atteindre coûte que coûte le seuil des 50 000 habitants. Pour quels intérêts, dans quels buts ? Pour passer à la tranche supérieure, que le salaire du maire passe de 2470 € à 3421 € ? C’est une mégalomanie quantitative. L’argent des contribuables pourrait pourtant servir, à soutenir nos entreprises et nos commerçants, à développer l’économie et l’emploi, le potentiel et le qualitatif. Pour une ville de concitoyens, pas une ville de paupérisés. 

Valérie CAUDRON , Groupe "Valenciennes Front National"